La musique de Bilor est un  "négro cabaret"  avec une forte présence des textes de grands poètes créoles (DAMAS, CESAIRE, SENGHOR, GLISSANT...) recentrés autour de thèmes aussi larges que le monde d'aujourd'hui.

          Voyage et exil, la quête de racines et nos solitudes modernes conçus comme un chapelet de chansons où Bilor explore ses propres références. L'écho lointain du tam-tam et les mélodies qui sonnent comme un carrousel de notre enfance, la négritude et quelques notes claires issues de la musique classique. Un mélange finalement et une déclaration d'amour pour nos doubles identités. C'est tout à fait naturel, la terre appartient d'abord aux nomades.

     Avec son piano et sa voix, Bilor joue dans le registre à la française mais avec une forte influence anglo-saxonne, blues et jazz, saupoudré de biguine (musique traditionnelle martiniquaise). Élégante et éclairée, peu bavarde et toujours bien équilibrée son écriture dévoile une architecture fragile et décentralisée, une délicate musique basée sur le souffle, l'espace et le temps.

     Un univers qui nous propose un autre visage, plus serein et juste, des tropiques : parfois tristes, mais aussi régulièrement drôles, aussi africains que européens. Sans jamais tomber dans l'exotisme facile, les poètes de Bilor se baladent sur les touches de piano en prenant la forme de nos sages ancestraux.

     Un corps et une âme, rêvés, retravaillés et repensés comme une musique d'aujourd'hui.

     Un son de tous nos métissages.  

                                                                                                                                                     Velibor Čolić